Actualitésso_frSoyez gentil avec le sol - TerraIndex

1 août 2022

Dans les années 40, dans le Japon d’après-guerre, un agronome a tourné le dos aux pratiques conventionnelles et a lancé une expérimentation intéressante. Masanobu Fukuoka voulait essayer de faire l’agriculture de manière naturelle ; sans labour, sans herbicides et pesticides, et même sans désherbage excessif. En fait, en ne faisant presque rien. Le résultat ? La récolte était plus forte, plus résistante aux maladies et ses coûts de production avaient considérablement diminué. En ne faisant rien, il était parfaitement possible d’obtenir une bonne récolte. Fukuoka a nommé sa méthode « Shizen Noho », ou « l’agriculture sans rien faire ». Être respectueux du sol semble porter ses fruits.

Bien qu’il ait fallu un peu plus de temps pour que cette méthode (ou ses variantes) soit utilisée plus largement dans le reste du monde, les premières études à long terme sur les effets de ce mode d’agriculture apparaissent. Il semble que la récolte sera moindre, surtout les premières années. Cependant, à long terme, le sol montrera moins d’érosion, sera moins érodé, moins épuisé, moins pollué et les émissions d’azote seront réduites. Cela ressemble plus à un choix moral qu’à un choix fonctionnel : les deux méthodes sont durables en termes de revenus, l’une rapporte moins de bénéfices mais laisse la terre dans un meilleur état. Profit à court terme contre durabilité à long terme, un thème bien connu aujourd’hui. Mais quelle est la raison derrière cela ? Faisons un rapide tour d’horizon du rôle écologique du sol.

Couches et horizons

Le sol se présente en couches. Des couches de couleurs différentes, de compositions différentes et des fonctions différentes. Des feuilles et bouts de bois au sol ? Cela empêche l’humidité de s’échapper du sol aussi rapidement et aide le matériau en dessous à mieux se décomposer et forme une future couche de dégradation. La couche noire sous les horizons de dégradation ? Humus, particulièrement riche en nutriments et indispensable à la vie végétale. Ces couches sont le résultat de l’environnement et du système dans lequel se trouve le sol, et le type de couches détermine également beaucoup l’écosystème au-dessus du sol. La formation de ces couches est entraînée par de nombreux processus mécaniques et biologiques. Les processus mécaniques sont responsables de la formation du substrat lui-même, parfois au cours des siècles. En revanche, les processus biologiques peuvent apparaître et disparaître en peu de temps.

Les bestioles sous nos pieds

Quand on parle de la biodiversité, l’image que la plupart des gens auront en tête est celle d’une jungle luxuriante, chaque plante une espèce différente et de nombreuses espèces animales. Une chose à laquelle on ne pense souvent pas, c’est la richesse de la biodiversité sous nos pieds. Bien qu’il soit difficile de la quantifier, la diversité des sols représente une grande partie de la biodiversité, et des relations fortes peuvent être trouvées entre la diversité des sols et les services écosystémiques. Tout comme il existe des types d’habitats au-dessus du sol, il existe également des types d’habitats souterrains, avec des organismes spécifiques à des profondeurs (ou couches) spécifiques. Ces organismes fournissent tous les services écosystémiques importants, tels que la décomposition de la matière organique, la fixation biologique du diazote pour l’utilisation des plantes ou une bioturbation dans le sol pour rendre de nouveaux matériaux et substrats disponibles. En effet, les étapes que nous prenons pour cultiver la terre se produisent aussi naturellement, mais à un rythme beaucoup plus lent. Et cela ne se limite pas à un seul ver ou un taupe, une riche variété de collemboles, de champignons et de bactéries contribue également.

Distorsion systémique

Alors, qu’essayons-nous réellement de faire lorsque nous cultivons un terrain, le recouvrir de fumier ou pulvériser une zone avec des herbicides/pesticides ? En fait, nous essayons de créer un environnement idéal pour y faire pousser nos plantes. Mais, en faisant cela, nous causons également une énorme perturbation de l’écosystème souterrain. Au sein de la biologie évolutive, il existe une ligne fine entre une perturbation suffisante pour favoriser la biodiversité et trop de perturbations pour que peu d’espèces survivent. Notre façon de culture actuel ressemble plus à ce dernier. Je pense qu’il pourrait également être utile de réfléchir aux raisons pour lesquelles une culture spécifique ne pousse pas bien à un endroit particulier. Quel type de dynamique existe-t-il dans le système pédologique de ce terrain ? Quelles sont les conditions nécessaires pour que la culture pousse bien ? Ou essayons-nous de forcer une culture à un endroit où elle ne devrait pas pousser ? Avec les bons soins, le sol peut être bien utilisé. Soyez gentil avec le sol. Soyez gentil et cela nous donnera de la joie pour les générations à venir.

TerraIndex software bodemonderzoek soil investigation automation automatisering
TerraIndex

TerraIndex est expert dans le domaine de l’automatisation, de la standardisation et de l’intégration des différentes étapes de l’étude des sols, et ce depuis plus de 25 ans. Avec le logiciel TerraIndex, l’ensemble du processus – du travail sur terrain à la création de rapports – peut être effectué rapidement, en toute sécurité et de manière fiable. 

Contact

De Groene Haven 282
2627 CD Delft
Pays-Bas

+31 15 251 2840
info@terraindex.com

T.V.A. NL810289374B01
IBAN NL36RABO0383427118
SWIFT code RABONL2U

Bulletin d’information

Vous souhaitez rester informé de tous les développements concernant l’automatisation de l’étude des sols ? Alor inscrivez-vous à notre bulletin d’information.

    TerraIndex © 2021